Nikola Tesla, des éclairs plein la tête

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

Nikola Tesla

En 30 minutes Patrick Liegibel revient sur la vie de Nikola Tesla, dans le cadre de son émission « Au fil de l’Histoire », diffusée sur France Inter. Il retrace le parcours de cet homme visionnaire, grande figure de la science moderne.

(cliquez sur la photo pour accéder à l’émission 🙂 )

Nikola Tesla

 

À propos …

 

Nikola Tesla en quelques dates :

  • Naissance de Nikola Tesla le  Smiljan dans l’Empire d’Autriche. Sa famille est d’origine Serbe.
  • En 1875 il fait son entrée à l’École polytechnique de Graz, en Autriche. Nikola Tesla étudie les mathématiques, la physique et la mécanique. Faute de moyens financiers il ne pourra terminer ses études.
  • En 1881 Nikola Tesla devient ingénieur à l’Office Central du Télégraphe du gouvernement Hongrois, à Budapest.
  • En 1882,  il est recruté par la société Edison General Electric Company, lors d’un séjour à Paris. Thomas Edison le convainc de venir travailler à New York.
  • En 1884, Tesla arrive à New York, Thomas Edison travaille sur un réseau  électrique dans le but de pourvoir la ville de New York en électricité. Edison à conçu son réseau sur la base du courant continu, mais ce dernier subit souvent des pannes provoquant entre autres incendies et accidents. Nikola Tesla lui propose de le remplacer par du courant alternatif ce qui, selon lui, permettrait de résoudre les différents dysfonctionnements.
  • En 1885 Nikola Tesla démissionne de la Edison General Electric Company dû à des désaccords avec Thomas Edison, qui n’a pas rémunéré Tesla à la hauteur de son travail et de ses innovations pour la société.
  • En 1888, Tesla est embauché par George Westinghouse, dont la société concurrence directement celle de Thomas Edison. Tesla obtient le poste de consultant des laboratoires de la Westinghouse Electric & Manufacturing Company.
  • En 1991 Nikola Tesla devient citoyen américain.
  • En 1893, la compagnie de George Westinghouse obtient un contrat pour l’installation de tout le réseau électrique des États-Unis grâce au courant alternatif mis en place par Tesla.
  •  En 1897, il accepte de vendre son brevet et les doits des ses innovations pour 216 000 dollars, à George Westinghouse.
  •  En 1901, il fait ériger la tour de Wardenclyffe (La tour Tesla), permettant des transmissions sans fils.
  •  En 1947 Tesla décède à l’âge de 86 ans, dans sa chambre d’hôtel à New York.

 

Sans titre-2-Récupéré

 

 

 

 

L’Histoire de l’électricité

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

l'électricité

Cette conférence organisée par les Mardis de l’Espace des Sciences propose de retracer l’histoire de l’électricité en compagnie du physicien et inventeur « aux milles brevets »  Jacques Lewiner.

 

À propos …

 

Jacques Lewiner « l’homme aux milles brevets »

 

« La science ne doit pas vivre dans un monde séparé de la vie normale, elle fait partie de notre vie quotidienne »

Jacques Lewiner – conférence « L’Histoire de l’Electricité » Les mardis de la Science.

 

Inventeur et physicien français, Jacques Lewiner est à l’initiative d’environ 200 inventions, qui pour la plupart ont fait l’objet de développements industriels et qui nécessiteront le dépôt de plus de milles brevets. Après des études et un doctorat à Paris et Washington, Jacques Lewiner enseigne à la Catholic University of America à Washington. Il sera également chargé de recherche au CNRS, puis professeur à la chaire d’électricité générale de l’École Supérieure de Physique et de Chimie Industrielles de la ville de Paris (ESPCI ParisTech), où il travaillera avec  Georges Charpak, prix nobel de physique en 1992.

A partir de 1987, et pendant 14 ans, il assure également la place de directeur scientifique de l’ESPCI ParisTech sous la direction de Pierre-Gilles de Gennes prix Nobel de Physique en 1991. Jacques Lewiner et Pierre-Gilles de Gennes créeront l’Espace des Sciences de Paris, rebaptisé “Espace Pierre-Gilles de Gennes”, dans le but d’y conduire des conférences et ateliers scientifiques pour les amateurs afin de « rendre la science accessible à tous »

électricité
De gauche à droite : Pierre-Gilles de Gennes, Georges Charpak et Jacques Lewiner

L’électricité, des pierres précieuses aux supraconducteurs !

Dans cette conférence sur l’histoire de l’électricité, Jacques Lewiner remonte au tout début de l’aventure électrique, il y a environ 3000 ans, lorsque que les hommes se sont rendus compte que lorsque l’on frottait l’ambre, celle ci avait la propriété d’attirer les objets à distance. Suite à cette découverte les toutes premières expériences et réalisations de mesures furent menées, notamment par les Grecques dont le mot Ambre se dit Electron.

La recherche sur l’électricité connue une réelle avancée à partir XVIIème siècle et XVIIIème siècle et devint un vrai phénomène social, notamment grâce à des inventions telles que le paratonnerre en 1752 par Benjamin Franklin ou de la pile voltaïque, ancêtre de la pile électrique, par Alessandro Volta vers 1800 ou bien encore avec les différentes expériences de Jean Antoine Nollet, dit l’abbé Nollet. A cette époque on test également l’électricité sur des cadavres menant à croire que le secret de la création de la vie vient d’être découvert, ou bien encore on se questionne comment « séduire électriquement ».

Au XXème siècle, la mécanique quantique fait son apparition permettant de mieux comprendre pourquoi certains matériaux sont isolants et d’autres sont conducteurs, cela sera également le début des expérience sur les supra-conducteurs.

Dans cette conférence sur l’histoire de l’électricité, Jacques Lewiner revient donc sur les périodes fondamentales qui ont vu les plus grandes expériences scientifiques sur ce sujet. Cette conférence permet à tous ceux qui ne sont pas des scientifiques chevronnés 😉 de comprendre un peu mieux d’où vient l’électricité, son histoire, mais aussi les expériences et les inventeurs qui ont rendu cette science et son utilisation indispensable à notre vie quotidienne.

 

Sans titre-2-Récupéré

 

credit photo ©ESPCI ParisTech

Mon Village, Donald Trump et le Ketchup – Arte

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

donald trump

Ce documentaire diffusé par Arte et réalisé par Simone Wendel, met en lumière la ville de Kallstadt, située en Allemagne, et d’où l’on retrouve les origines des familles Trump et Heinz.

 

À propos …

 

Simone Wendel, réalisatrice de ce documentaire, nous emmène découvrir sa sympathique ville de Kallstadt, ses 1200 habitants et ses 27 associations dont pratiquement tous  sont adhérents. Vous l’aurez compris, les citoyens de Kallstadt aiment vivrent ensemble et c’est ce qui les rend plutôt chaleureux lorsqu’on les découvre !

Simone Wendel s’est posée cette question : Pourquoi Kallstadt est elle la ville d’origine de deux géants Américains ? Est-ce dû au hasard, ou bien dans cette ville les habitants ont une force de caractère qui en font d’excellents entrepreneurs ?

C’est en partant de cette réflexion que la réalisatrice nous propose ce documentaire.

La famille Trump

Friedrich le grand père de Donald Trump, originaire de Kallstadt, à immigré aux Etats Unis en 1885 à l’âge de 16 ans. C’est comme cela que le nom de Trump, à l’origine Drumpf  selon certains biographes, voyagea outre Atlantique. A cette époque, l’une des soeurs de Friedrich Trump habite à New York, c’est donc naturellement qu’il logera chez elle dans un premier temps. Travaillant pendant 6 ans en tant que barbier, Trump devient citoyen américain en 1892 lors des premières élections présidentielles.

En 1894 il revend un établissement, acheté quelques années auparavant lorsqu’il emménagea à Seattle, le « Dairy Restaurant », reconnu également pour être une des maisons closes les plus fréquentées de la ville. Il décide de partir à Monte Christo dans l’état de Washington, c’est l’époque de la « Ruée vers l’Or » et il profite de cette occasion pour effectuer ses premiers investissements immobiliers, créant sans le savoir l’ADN de plusieurs générations de la famille Trump. Il installera quelques établissements, restaurants et maisons closes, dans différentes villes où les mineurs en quête d’or affluent, Trump s’enrichit rapidement. Il décède le 30 Mars 1918, à 49 ans, d’une pneumonie, sa veuve Elizabeth Trump et son fils Frederick Trump reprendrons les projets immobiliers de la famille.

En 1920, Frederick Trump fera grimper la fortune familiale en faisant construire et en revendant des « single-family-houses », sorte de bungalow ou petites maisons dans le quartier du Queens à New York. Il est également l’un des pionniers du concept du supermarché. Pendant la seconde guerre mondiale, il dissimule ses origines allemandes et se fait passer pour un suédois, craignant qu’on le prenne pour un sympathisant du régime Nazi. A cette époque, il fait construire des maisons pour l’US navy. En 1964 il fît construire le « Trump Village »  un complex de plusieurs immeubles dans le quartier de Brooklyn à New York. La fortune des Trump s’agrandit d’investissements en constructions. Donald Trump, le deuxième fils de Frederick, rejoindra l’entreprise Trump Management & Co en 1968 à 22 ans, et ce dernier en deviendra le président en 1974. Il rebaptisera la compagnie de son père en 1980, The Trump Organization.

A la fin de sa vie Frederick Trump fût atteint de la maladie d’Alzheimer, et décéda en 1999 des suites d’une pneumonie.

Sans titre-2-Récupéré

La famille Heinz

John Henry Heinz était également originaire de la petite ville de Kallstadt. L’un des habitants actuels de la ville est d’ailleurs un descendant des deux familles, Heinz et Trump. Heinz immigre aux Etats Unis en 1840, il sera rejoint par sa fiancée Anna Margaretha en 1943, ils se marieront à Birmingham, en Pennsylvanie, la même année.

Henry John, le fils de John Henry 🙂 deviendra le créateur de la renommée marque de Ketchup, Heinz. Dans les années 1970, Henry John fonda la compagnie Heinz Noble & Company avec un ami L. Clarence Noble, cette compagnie était destinée à la commercialisation de raifort, mais elle fit faillite. L’année suivante en 1876, il fonda alors avec son frère John Heinz et son cousin Frederick Heinz, la société F & J Heinz et débuta le commerce de ketchup. Il racheta les parts de son frère et son cousin quelques années plus tard et renomma l’entreprise H. J. Heinz Company.

John Henry Heinz fût reconnu comme un excellent patron, offrant à ses employés de bonnes conditions de travail, la prise en charge de leurs soins médicaux, l’accessibilité gratuite à une bibliothèque, à des concerts, clubs de sport … La société était également réputée pour son hygiène dans la préparation des produits.

John Henry Heinz décéda en 1919, à l’âge de 74 ans à Pittsburgh, en Pennsylvanie.

 

credit photo ©Arte

Sidewalks of Samaipata

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

Sidewalks of samaipata

Sidewalks of Samaipata est un court métrage d’une durée de 3 minutes, sans dialogues. Hugo Rûck le réalisateur nous amène en Bolivie, découvrir les habitants et l’architecture de la petite ville de Samaipata, située sur un site archéologique pré-hispanique.

À propos …

 

Très poétique, moderne, simple et sans dialogues, ce court métrage réalisé par Hugo Rück, nous transporte dans les rues de Samaipata. Au rythme de la musique de l’artiste bolivien Piraí Vaca, on se laisse transporter à l’autre bout du monde, sur les trottoirs de cette ville qui semble très calme mais toujours en mouvement.Que ce soit les nuages, les habitants, les paysages, le vent (!) Hugo Rück par des séries de plans fixes capte l’énergie de Samaipata, une atmosphère qui semble sereine et joyeuse.

Samaipata un site archéologique

Samaipata est site archéologique pré hispanique, classé patrimoine historique mondial de l’humanité par L’Unesco en 1998. Connu pour son fort sculpté dans la roche: El fuerte de Samaipata, cette ville, à environ deux heures de route de Santa Cruz de la Sierra, est devenue un vrai lieu touristique.

Au coeur de ce grand site à 1800 mètres d’altitude, se trouve un énorme rocher monolithique, qui servait à l’époque de centre cérémoniel. Gravé de toutes sortes d’animaux, de formes géométriques, il est l’un des monuments colossaux les plus importants d’Amérique latine.

Ce sont les populations d’origine Mojocoya qui commencèrent à creuser la roche à partir de 300 après JC. Avec l’arrivée des Incas au XIV siècle, le site devint capitale de la province. Grace aux découvertes archéologiques on distingue deux parties bien différentes du site. L’une qui servait aux cultes religieux, l’autre le centre d’administration et avec des emplacements résidentiels.

Pour une petite ville, à peu près 5000 habitants, la population est très cosmopolite. Autrefois colonisé par les Incas et les Espagnols, elle accueil aujourd’hui environ 20 nationalités différentes qui se côtoient et cohabitent.

 

Sans titre-2-Récupéré

 

site_0883_0010-750-0-20151104160341-1  vignette_samaipata

 

Photo Credit ©Unesco ©Myfamilyworld.fr

La Révolution Française

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

La revolution Française

« La révolution Française  » Réalisé par Robert Enrico et Richard.T Heffron est un film historique sur la révolution Française, du début des évènements avant la prise de la Bastille en 1789, jusqu’à l’enfermement de la famille royale dans la Prison du Temple le 10 Aout 1792.

Partie 1 « La Révolution Française, les Années Lumières »

Suite partie1 et partie 2 et 3 « La Révolution Française, les Années Terribles »

 

À propos …

Fiche technique :

Réalisateur : Robert Enrico & Richard.T Heffron

Production : Alexandre Mnouchkine-Les Films D’Arianne

Année de sortie : 1989

Casting:  Andrzej Seweryn – Maximilien de Robespierre – François Cluzet – Camille Desmoulin –  Klaus Maria Brandauer – George Danton –  Jean François Balmer – Louis XVI –  Jane Seymour – Marie Antoinette

            

« Les Français ont fait en 1789 le plus grand effort auquel se soit jamais livré aucun peuple, afin de couper pour ainsi dire en deux leur destinée, et de séparer par un abîme ce qu’ils avaient été jusque-là de ce qu’ils voulaient être désormais. » 

Alexis de Tocqueville (philosophe, politique, écrivain et sociologue français 1805-1859 )

La Révolution Française, Un film pédagogique :

Autant vous prévenir dès le début le film  » La Révolution Française » dure environ six heures ! Mais rassurez vous cela passe vite 🙂 

Produit par Alexandre Mnouchkine, ce film se veut avant tout pédagogique, du fait de sa longueur et de la multitude des faits relatés. Les deux réalisateurs, nous offrent un vrai cours d’histoire sur la chute de la monarchie et l’avènement de la république Française.

Afin d’être au plus proche de la réalité historique, l’équipe du tournage s’est faite aider par l’historien et spécialiste de la période révolutionnaire, Jean Tulard.

La Revolution Française, est un film historique sortie en 1989 afin de participer aux commémorations du bicentenaire de la Revolution Française. Le tournage nécessita 300 millions de francs pour 6 mois de tournage environ. Deux réalisateurs se sont partagé la direction du film, celui ci est donc découpé en deux parties.

La Révolution Française, partie 1 : les Années Terribles

Cette partie à été réalisé par Robert Enrico, réalisateur Français qui présida l’Académie des Arts et des Techniques du Cinéma. Ses films notables sont « Les Grandes Gueules », « Les Aventuriers », « Le vieux fusil » ainsi que « La Revolution Française ».

Cette première partie fait état de la génèse des évènements de 1789, de la prise de la Bastile jusqu’à l’emprisonnement du roi Louis XVI et de sa famille en Août 1792. 

De la réunion des Etats généraux, à la prise de la Bastille, de la fuite de la famille royale jusqu’à son arrestation, LouisXVI assiste à son déclin, impuissant et sans autorité face à une révolution en marche et un Paris soufflant sur les braises d’une rébellion qui s’enflamme. Cette grande première partie de « La Revolution Française » est très riche en évènements, le jeu des comédiens et la réalisation de Robert Enrico nous embarque dans l’Histoire, on ne voit pas le temps passer.

 » Pour avoir marqué Rien à la date qui devait signifier le début de sa perte, Louis XVI est taxé d’imbécillité depuis deux siècles. À ce compte, nous sommes tous des imbéciles : qui de nous peut se targuer d’avoir discerné l’exact commencement de sa dégringolade ? « 

Emil Cioran ( Philosophe et écrivain Roumain 1911-1995)

Sans titre-2-Récupéré

 

La Révolution Française, partie 2 : les Années Terribles

Cette partie a été réalisé par le réalisateur américain, Richard.T. Heffron. Elle prend le relais, de l’enfermement de la famille Royale, jusqu’à la mort de Maximilien de Robespierre, qui fût guillotiné le 28 Juillet 1794 .

Dans cette fresque apparaissent toutes les grandes figures qui changèrent la vie politique française, mais également celles de toute l’Europe. La Révolution Française restera un sujet de grands débats, réel tournant pour les droits de l’homme, un grand coup porté à toutes les monarchies européennes. 

Robert Enrico et Richard.t Heffron se sont appuyés sur trois personnages principaux : Maximilien de Robespierre, Camille Desmoulin et George Danton, tentant de distiller leurs rapports les uns avec les autres. Ces trois personnages nous guident à travers leurs doutes, leurs idéaux mais également au travers des trahisons, et des décisions stratégiques afin d’aboutir leur combat

Paris est également au centre du film. Personnage principal à part entière, ville témoin d’une prise de la Bastille déchainée, d’une fusillade du champs de Mars sanglante,  des derniers instants d’un monarque destitué par son propre peuple et de tant d’autres évènements mis en scène dans le film.. La guillotine, utilisée a tour de bras, est déplacée dans tout Paris, de places en places elle répand l’odeur d’une révolution sanguinaire. Plusieurs centaines de milliers de personnes trouvèrent la mort durant cette période, on ne compte pas moins de 16 000 guillotinés durant la Terreur.

Le film La Révolution Française est un très bon outil pour démêler les évènements de cette partie de l’histoire de France et déterminer les grands personnages qui ont ouvert la voie vers une nouvelle ère politique.

Le Canal de Suez – History Channel

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

le canal de suez

Documentaire de 45mn sur le canal de Suez, réalisé par la chaine de télévision américaine History Channel. Bruce Nash le réalisateur, revient sur l’histoire de la construction du Canal, situé en Egypte et permettant aux flottes européennes d’accéder à l’Asie sans avoir à contourner l’Afrique.

 

 

À propos …

 

« A l’extrémité de la mer Rouge est cette fameuse langue de terre qu’on appelle l’isthme de Suez, qui fait une barrière aux eaux de la mer Rouge et empêche la communication des mers » 

Georges-Louis Leclerc de Buffon (Académicien des Science et académicien Français 1707-1788 )

Ce documentaire diffusé par la chaine américaine History Channel, revient sur la création du Canal de Suez situé en Egypte. Ce canal de 162,25 kilomètres tient ses origines d’environ -1878 avant JC, à l’époque des anciennes grandes dynasties Egyptienne.

Cet Isthme entre la mer méditérranée et la mer morte, empêchait une circulation plus simple du commerce interieur. D’autre part la situation géographique de l’Egypte en faisait un carrefour entre deux monde : L’Est et l’Ouest. Lors de la révolution industriel en Europe, il devient nécessaire d’utiliser le Canal de Suez alors laissez a l’abandon et totalement recouvert de sable. En effet, pour l’Europe l’utilisation de ce nouveau chemin leur éviterait de faire le détour par l’Afrique afin de rejoindre l’Asie, leur permettant de raccourcir leurs voyages de 4 mois. C’est une formidable opportunité pour accroitre le commerce mondial.

Le canal de suez
Le canal de suez
Le canal de suez
Le canal de suez

Le Canal de Suez, une idée des pharaons :

Le Canal de Suez part de la ville portuaire de Port-Saïd sur la mer Méditerranée et la ville de Suez sur le golfe de Suez . Après le règne de Ramses II au XIIème siècle avant JC , le canal est à l’abandon. Des travaux pour le remettre en état sont ordonnés par Nakéo II en -600 avant JC, mais ils ne seront jamais achevés. Il faudra attendre environ -500 avant JC pour que le roi Darius 1er, conquérant Perse de l’Egypte ordonne d’achever les travaux du canal de Suez. Certaines inscriptions de l’époque disposées sur les rives du Nil furent retrouvées. On pouvait y lire :

« Le roi Darius a dit : je suis un Perse. En dehors de la Perse, j’ai conquis l’Égypte. J’ai ordonné ce canal creusé depuis la rivière appelée Nil qui coule en Égypte à la mer qui commence en Perse. Quand ce canal a été creusé comme je l’ai ordonné, des bateaux sont allés de l’Égypte jusqu’en Perse, comme je l’avais voulu. »

Puis ce fut au tour de Ptoleme vers -250 avant JC de restaurer le canal. Enfin pendant environ un millénaire le Canal de Suez fut boulversé par différentes modifications, abandon, reconstructions, il sera finalement détruit au VIII siècle par le calife Al-Mansur afin de se protéger des attaques en isolant la ville de Medine .

En 1850, L’Europe est en peine révolution Industrielle et vit des changements économiques. Le commerce avec l’extreme orient devient essentiel. En 1845, la première ligne de chemin de fer est inaugurée en Egypte mais elle ne suffit pas à faire voyager les très grosses cargaisons. Cette époque est aussi celle de la révolution maritime. Les vapeur à hélices remplacent les anciens voiliers en bois et les chargements peuvent donc êtres plus importants. Lorsqu’en 1979 Napoléon envahit l’Egypte, il fait faire une étude concernant la faisabilité du canal. Cette étude montrant une différence de 10 metres entre  la mer méditerranéenne et la mer noire enterre le projet de reconstruction du Canal de Suez. En 1840 une contre expertise met en avant un problème de triangulation de cette étude, les deux mers n’ont finalement pratiquement aucune différence de niveau, la construction d’un canal est bel et bien envisageable. C’est Ferdinand de Lesseps qui, en 1840, se chargera de mener à bien ce projet.

Le canal fût terminé et mis en service le 17 novembre 1869.

Il fut construit par une main d’oeuvre egyptienne, composée exclusivement de paysans obligés, par le pouvoir en place, d’effectuer les travaux. Environ 25 000 d’entre eux y périr. Les conditions de travail de ces ouvriers égyptiens fait encore polémique. Plusieurs thèses avancent qu’ils n’avaient aucun outils afin de creuser le canal, alors ensablé, et que leur conditions de travail furent déplorables. Ces derniers furent poussés, à cette époque du XIX siècle, à creuser le Canal de Suez dans des conditions plus ou moins équivalentes qu’à l’époque de Ramses II, c’est à dire à la main.

L’Egypte joua également un rôle très important dans le financement, elle fut propriétaire de la moitié des parts de la société du canal de Suez. Pour ce faire le gouvernement Egyptien dû s’endetter, ce qui causera, en partie, la monté de la pauvreté dans le pays à cette période. L’Angleterre, qui s’était opposé à la construction du canal, rachète les parts de l’Egypte afin que cette dernière puisse renflouer les caisse de l’état. L’Angleterre profitera de son pouvoir envers l’Egypte afin de s’immiscer dans sa vie politique, de nombreux bouleversements en découleront.

Après la mise en place du canal de Suez, l’économie mondiale se trouve bouleversée. Le commerce maritime fait exploser les marchés. Les coûts de transports ainsi que les prix de vente diminuent, faisant émerger une nouvelle classe sociale qui peut désormais se permettre d’acheter ce qui était pour elle, avant, hors de portée.

 

Quelques Chiffres :

Contrairement au canal de Panama, le Canal de Suez ne comporte aucunes écluses. Il mesure en moyenne 345 metres de largeur.

Environ 20000 cargaisons traversent chaque année le Canal, représentant 14 % du marché mondial de transport de marchandises.

Le Canal de Suez se traverse en moyenne en 13 heures.

 

Sans titre-2-Récupéré

 

La construction de la Statue de la Liberté

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

Statue de la liberté

La Statue de La Liberté est un des grands symboles de L’Amérique et particulièrement de New York, mais n’oublions pas qu’avant de se tenir droite et fière sur la baie de Bedloe (aujourd’hui Liberty Island) cette dernière fût construite à Paris. Marc Daniels réalise un documentaire riche en informations concernant la longue histoire de la construction d’une oeuvre colossale née d’un désir de Liberté.

 

 

À propos …

 

«  La Statue Colossale doit provoquer une émotion chez le spectateur, elle doit être à la hauteur de l’idée qu’elle représente» 

Auguste Bartholi 

Auguste Bartholi et La Statue de la Liberté :

Si certains souhaitent se voir offrir une petite leçon sur l’entreprenariat, nous vous conseillons fortement de regarder ce documentaire diffusé par ARTE 🙂 !!

Auguste Bartholi a consacré 21 ans de sa vie à construire son rêve, une statue colossale de 46 mètres de haut (sans son piedestal ), symbole de Liberté et d’Espoir (rien que ça) .

Mark Daniels nous raconte comment un jeune homme, débarqué de son Alsace natale, a réussit à force de détermination, à mener à bien son projet et à l’inscrire dans l’Histoire. Dans une France bouleversée par les guerres et un régime politique difficilement stable, Auguste Bartholi, républicain, est rempli d’idéaux. A force d’opiniâtreté il saura convaincre les plus puissants et les plus talentueux à le suivre dans ce projet pharaonique. Il financera sa Statue de la Liberté à coup de campagnes publicitaires bien ficelées et de produits dérivés, profitant de chaque occasion pour vendre son projet et en faire la communication.

Appuyé sur de nombreuses archives, photos, correspondances, dessins, croquis, maquettes ou encore témoignages, le documentaire de Mark Daniels nous fournis d’étonnantes révélations et nous fais vivre l’épopée de Bartoli. La Statue de La Liberté est l’héritage d’une époque confuse, les Etats Unis sortent d’une guerre civile amenant un vent de renouveau, de développement. La France, elle, peine encore à trouver sa route et sa ligne politique. Certains républicains voient l’Amérique comme une nation qui va de l’avant et se construisant un futur prospère. Elle devient un exemple pour tous ces hommes politiques français souhaitant faire changer le pouvoir.

La Statue de la Liberté est le cadeau d’une nation remplie d’espoirs à une nation qui les symbolise.

« Je lutterai pour la liberté, j’en appellerai aux peuples libres.

Je tâcherai de glorifier la république là-bas, en attendant que je la retrouve un jour chez nous »  

Auguste Bartholi

Sans titre-2-Récupéré

 

La Statue de la Liberté en quelques chiffres (colossaux !) :

93 metres de hauteur de la torche au sol.

46,08 metres de hauteur de la torche a ses pieds;

5 metres de long pour ses mains.

2,44 metres de hauteur pour son index.

12,8 metres de long pour son bras droit.

1metre48 de long pour son nez.

225 tonnes.

210 caisses furent nécessaires pour son transport de Paris à New York.

Aujourd’hui La Statue de La Liberté «  La liberté éclairant le monde » (Liberty Enlightening the World) est devenue le symbole de toute l’Amérique.

L’idée de Bartholi de créer une statue colossale, en gage de cadeau célébrant l’amitié Franco-Américaine, lui vient lors d’un diner chez son ami Edouard de Laboulaye le 21 Avril 1865. La Statue sera inaugurée le 28 Octobre 1886.

Avant d’être installé sur l’ile de Bedloe, la Statue de La Liberté vit le jour pour la première fois à Paris. Sa construction débuta dans la fonderie de Gaget Gauthier et Compagnie au 25 rue Chazelles dans le 17ème arrondissement (métro Courcelles si vous passez pas loin …)

Il est intéressant de la voir s’élever au dessus des toits parisiens, nous qui sommes habitués à l’observer entourée de buildings…
Capture d’écran 2016-08-02 à 20.59.22

 

Capture d’écran 2016-08-02 à 20.58.07

 

Capture d’écran 2016-08-02 à 20.58.36

La guerre de Vendée, un génocide républicain

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

vendee-follet-2

Voici une reconstitution historique de la guerre de Vendée, qui débuta en Aout 1792 jusqu’à la mort de Charette surnommée « le Roi de la Vendée ». Réalisé par Jacques Dupont, ce documentaire revient sur les détails d’une page encore ignorée de notre histoire.

 

À propos …

 

Les vendéens

La guerre de Vendée, est une guerre civile qui opposa dans l’ouest de la France les royalistes face aux Républicains révolutionnaires. Le 12 juillet 1790, l’Assemblée constituante vote la constitution civile du clergé et prévoit que tous les fonctionnaires ainsi que les prêtres, eux même au service de l’état, y prêtent serment.

Cette date annonce une division au sein de l’église. 48 % du clergé au niveau national reconnait la constitution des Republicains, néanmoins dans l’Ouest de la France ils sont plus de 65% a y être réfractaires. Pourtant la population de l’Ouest avait plutôt bien accueilli la Révolution et la prise de la Bastille, ces évènements avaient apporté de l’espoir à une population majoritairement pauvre.

En 1789 le vote de la confiscation des biens ecclésiastiques, et leur transformation en biens nationaux par la Constitution, fait naître un sentiment de spoliation des couches paysannes qui tiennent les politiques pour responsables. En effet,  avant la Révolution, ces biens, accumulés au cours des siècles grâce aux legs des membres de la communauté, étaient gérés par le clergé et au service des communautés rurales. Ils deviennent désormais propriétés des bourgeois et aristocrates. La guerre de Vendée puise ses sources dans le fossé, déjà bien creusé à l’époque, des inégalités sociales. En juillet 1791, dès la mise en application de la constitution civile du clergé, les vendéens débutent leur résistance face au pouvoir républicain.

Ce dernier prends alors des décrets répressifs contre le clergé réfractaire, par exemple en leur interdisant le culte, ou bien si cela est demandé par un minimum de vingt citoyens, la déportation hors du territoire français de tout prêtre réfractaire. Dès lors, la partie du clergé qui n’aura pas reconnu la constitution devra vivre dans la clandestinité sous peine d’être déportée ou emprisonnée.

En Mars 1793, l’insurrection Vendéenne prendra réellement un départ. La Constitution décide de réquisitionner près de trois cents milles hommes, afin de comblée l’armée de la République, qui ayant mené campagne à repousser ses ennemis européens à leurs frontières, manque désormais d’hommes. En Vendée, la noblesse suivra l’insurrection et en fera un mouvement Royaliste et Catholique. La vendéens seront reconnus, dès lors, comme le symbole de la contre révolution.

 

Combien de victimes ?

Dès 1801 jusqu’à nos jours plusieurs spécialistes ont essayé de comptabiliser le nombres de personnes décédées pendant cette Guerre de Vendée. Aujourd’hui encore il est impossible d’en connaitre le nombre exact.

En 2005, Anne Bernet qui à travaillé sur le sujet déclare :

« Un bilan exact des victimes dans les deux camps est impossible à établir, faute de sources fiables. Les estimations les plus hautes font état de 600 000 morts, les plus basses de 120 000. Aujourd’hui on évalue à 300 000 le nombre de disparus. »

Les grandes différences entre ces chiffres sont aujourd’hui encore sujets à polémiques et inspirent de nouvelles recherches.

Même si le nombre des victimes vendéennes reste approximatif, il n’en est pas moins très élevé, d’autant plus si l’on tient compte de la démographie de l’époque.

De nos jours est apparut un débat, concernant l’appellation ou non d’un génocide Vendéens. La polémique s’appuie sur l’éventuelle volonté délibérée de la Convention de procéder à l’extermination des populations vendéennes par les autorités républicaines, et de valider le caractère génocidaire des massacres commis par les agents qui exécutaient les ordres.

Les grandes figures de la Guerre de Vendée apparaissant dans ce documentaire :

 

Sans titre-2-Récupéré

 

La Commune de 1871- France 5

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

commune-de-paris

Dans le cadre de son émission Lundi Histoire, France 5  propose un documentaire explicatif sur La Commune de Paris en 1871. Il s’appuie sur les archives du Musée d’Art et d’Histoire de Saint Denis, du Musée de l’Histoire Vivante de Montreuil, La Ville de Paris et les Fonds de l’association des amis de la Commune.

 

 

À propos …

 

D’une durée de 55mn, produit par Mémoire Vives production pour France 5, ce film à été réalisé par Medhi Lallaoui réalisateur et écrivain, avec l’appui des commentaires de Bernard Langlois ainsi que les voix off de Jacques Chably et Claudine Baschet. Il a été diffusé en 2004.

 

1871 :

La Commune de Paris est une période révolutionnaire née en partie de la défaite de la France et sa capitulation face à la Prusses. A cette époque la ville de Paris est assiégée, les français  ressentent comme une humiliation les clauses de l’armistice mise en place le 28 Janvier 1871 entre Jules Favre ministre des affaires etrangères et le chancelier allemand Otto Von Bismarck.

Du fait d’une dure famine pendant l’hiver 1870 et 1871, et d’une résistance accrue de la population face aux Prusses, la tension monte parmis les parisiens qui ne partagent pas l’idée d’une capitulation. Le gouvernement, installé à Versailles, et le peuple de Paris se font face formant deux clans fermement opposés.

Le 18 Mars le gouvernement se sentant menacé, décide de désarmer les Parisiens en récupérant les 227 canons situés à Montmartre et Belleville, ces canons ayant été payés par les parisiens eux même, ceux ci s’insurgent et réussissent à fraterniser avec les soldats venus les récupérer. Durant cette journée la population s’en prend aux représentants du gouvernement, les généraux Lecomte et Clément-Thomas seront fusillés rue des Rosiers. C’est le début de La commune qui durera un peu plus de 2 mois, 72 jours exactement, du 18 Mars 1871 au 28 Mai 1871.

Les populations les plus riches quittent Paris tandis que les ouvriers qui occupent le centre et les arrondissements de l’est parisiens, particulièrement le 10ème, 11ème, 20ème et 13ème se fédèrent. Le 26 mars à lieu l’élection des 92 membres du Conseil de la Commune, toutes les tendances républicaine et socialiste y sont représentées, parmi eux également des anarchistes, jacobins, radicaux, blanquistes et avant gardistes. Toutefois le peuple trouve que la Commune des élus est un peu « molasse » et décide de s’organiser en clubs. L’un des plus connu sera le Club des Prolétaires, environ 2000 à 3000 personnes dont beaucoup de femmes, qui même si elles n’ont pas accès au vote, se font nommées à des postes à responsabilités. Les plus influentes Elisabeth Dmitriev, membre du Comité Exécutif de l’Union des femmes ( l’un des premiers mouvements féministes) et Louise Michel, enseignante, figure révolutionnaire et anarchiste qui sera déportée en Nouvelle Caledonie en Mai 1871. Les femmes auront tout autant un rôle majeur dans l’histoire de la Commune, jusqu’au bout elles combattrons armes à la main dans les bataillons des fédérés.

 

Sans titre-2-Récupéré

 

Toutefois ces clubs créeront une division entre le peuple et le conseil de la Commune car beaucoup d’élus n’y prendront pas part. Nombres de journaux seront crées à cette période, on en compte plus de soixante dix,  dont les plus connus Le Cri du peuple de Jules Vallès et Le Mot d’ordre d’Henri Rochefort. Le peintre Gustave Courbet rejoint la rébellion et est élu à la Fédération des Artistes. Le 29 Mars le drapeaux rouge de La Commune est adopté, le calendrier républicain réaproprié, la colonne de la place Vendôme détruite ainsi que l’hôtel particulier d’Adolphe Thiers, chef du pouvoir exécutif exilé à Versailles.

La commune reconnait également La République Universelle, et proclame l’admission des étrangers pour ceux qui servent la France. Au sujet de Léo Frankel personnalité importante de la Commune, militant syndicaliste et socialiste d’origine hongroise :

 «  Considérant que le drapeau de la Commune est celui de la République universelle, que toutes cités a le droit de donner le titre de citoyen aux étrangers qui la servent, que cet usage existe chez les nations voisines, que le titre de membre de la Commune étant une marque de confiance plus grande encore que le titre de citoyen, comporte implicitement cette dernière qualité: la Commission est d’avis que les étrangers peuvent être admis et propose l’admission du citoyen Frankel »

Le 2 Avril La Commune déclare la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’école pour tous ainsi que la création d’un enseignement laïque et d’orphelinats laïque.

Toutefois, à Versailles, le gouvernement décide le 21 mai d’en finir avec cette résistance, c’est le début de ce qui sera appelé « La Semaine Sanglante ». Les troupes du Général Mac Mahon pénètrent dans Paris afin d’éliminer Les Communards, aucun prisonnier ne sera fait, tous seront exécutés sur le champs. On compte environ 900 barricades de fédérés dans Paris, tenues par des hommes, des femmes et des enfants. « La Semaine Sanglante » durera jusqu’au 28 Mai, l’Armée constituée par le gouvernement Français détruira la dernière barricade située aux environ de la rue du Faubourg Saint Denis et de la rue de la Fontaine aux Rois (où se trouve aujourd’hui une plaque commémorative) dans le 11ème arrondissement. ( Metro République ou Goncourt pour les amis curieux parisiens !) On estime l’armée de Mac Mahon à environ 130 000 hommes et celle des Communards entre 20 000 et 30 000. Cette semaine de combats particulièrement sanglante laissera beaucoup de morts environ 30 000. A peu près 6000 communards trouvèrent refuge en Angleterre, en Belgique et en Suisse.Paris mettra pratiquement vingt ans pour retrouver une main d’oeuvre qualifiée et le savoir de tous les artisans disparu à cette période.

Le Documentaire de Medhi Lallaoui pour France 5 nous offre en moins d’une heure un résumé très complet sur La Commune de 1971 qui restera une référence internationale du mouvement des ouvriers et de la fédération des classes sociales.

A la fin du documentaire deux livres nous conseillés afin d’approfondir le sujet : « Le regard d’un Parisien sur La Commune » de Jean Baronnet edité chez Gallimard et « La Commune Histoire et Souvenirs » de Louise Michel edité chez La découverte Poche.

 

 

Louis XVII est il mort à la prison du Temple ?

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

Louis XVII

L’enfant de Marie Antoinette et Louis XVI est-il mort à la prison du Temple ? Le décès de Louis XVII, Louis-Charles, de son prénom, est entourée de plusieurs légendes …

 

À propos …

 

L’Ombre d’un Doute

L’ Ombre d’un Doute est un magazine historique, diffusé sur France 3 de 2011 à 2015.

Ce numéro consacré à la mort du fils de Marie Antoinette et Louis XVI à été réalisé par Françoise Cros de Fabrique, réalisatrice et journaliste, ancien membre de l’agence Capa et Jean Christophe Revière, réalisateur, ancien membre de l’agence CAPA également.

La mort de Louis XVII, Louis Charles de son prénom, est entourée de plusieurs légendes. En effet, lors de cette période agitée de la Revolution Française, plusieurs événements et témoignages anciens sont venus jeter le trouble, quant à l’exactitude du destin de l’enfant du couple royal. Dans ce reportage les productions de France 3 et Europe 1 ont mené une enquête afin de disséquer tous les témoignages anciens et contemporains, concernant la mort de Louis Charles. Les équipes iront, entre autre, chercher des témoignages et des archives au château de Carnavalet et aux archives nationales de Paris. De même plusieurs intervenants et spécialistes sont présents, afin de nous donner leurs points de vue et leurs connaissances sur le sujet.

Les personnages 

Louis Charles Duc de Normandie, dit Louis XVII :

Louis Charles est né le 27 Mars 1785 au Chateau de Versailles . Il est le troisième enfant de Marie Antoinette et de Louis XVI, c’est aussi le deuxième garçon du couple royal. Peu avant la prise de la Bastille, Louis Joseph, son frère aîné et prétendant à la succession de son père au trône de France, est victime d’une tuberculose osseuse et décédera le 4 Juin 1789, à l’âge de 7 ans.

Louis Charles se retrouvera, de fait, seul successeur à la couronne royale et deviendra une menace pour la République qui est entrain de se mettre en place.

Lors de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, Louis Charles à tout juste 5 ans. Il assiste à la tension qui règne et à la violence des menaces produites envers ses parents et sa famille.  Emmené avec Marie Antoinette et Louis XVI aux Tuilerires, il vivra mal ce déménagement, ne comprenant pas du fait de son âge ce qu’il se passe réellement. La seule vérité pour cet enfant, est que sa vie et celle de ses parents est menacée.

L’emprisonnement de la famille royale, le 13 Août 1792, sera un autre traumatise pour le jeune Louis Charles. Dans un premier temps, le couple royal et ses deux enfants ainsi que la soeur de la Reine vivront ensemble dans un petit appartement de la prison du Temple. Néanmoins le 29 septembre 1792 Louis XVI sera séparé de sa famille et conduit dans un autre appartement. Un mois plus tard, le jeune Louis Charles est enlevé à sa mère, sa soeur et sa tante et rejoint son père.  Après l’execution de Louis XVI l’enfant est rendu à sa mère une dernière fois avant d’être à nouveau arraché a sa famille le 1er Juillet 1793. Les enfants du couple royal vivront dès leur plus jeune âge un vrai calvaire, nourrit d’angoisses quotidiennes, de traumatismes et de peurs.

Suite à l’execution de son père, Louis XVI, Louis Charles sera reconnu parmi les sympathisants de la monarchie comme le nouveau roi de France, Louis XVII. Toutefois le 21 septembre 1792 la Monarchie est abolie et l’existence même d’un roi est un problème pour le nouveau régime mis en place par les révolutionnaires. Etant donné son jeune âge, la Convention décide de procéder à un « lavage de cerveau » de l’enfant, afin qu’il devienne un citoyen de la république et qu’il en oublie son statut de monarque.

Pour cela, le jeune Louis XVII qui a alors 8 ans, sera mis sous la tutelle d’Antoine Simon et de sa femme, avec lesquels il vivra dans la prison du Temple. Le 13 Octobre 1793 Marie Antoinette sera guillotinée, son fils ne le saura jamais. Quelques mois après le 19 Janvier 1794 Antoine Simon et sa femme quitte la prison du Temple, Louis XVII sera enfermé seul dans une cellule et bénéficiera d’un traitement particulièrement rude. Pendant six mois l’enfant sera emmuré, n’aura aucun contact extérieur, vivra dans la crasse et l’obscurité. Les dirigeants révolutionnaire ne sauront que faire du jeune roi, préférant le garder en otage afin d’en faire une monnaie d’échange, ils décident de le laisser crouprir. Le 28 Juillet 1794 Robespierre est executé, Paul Barras décide de nommé un nouveau geôlier pour s’occupé de Louis XVII, afin que ses conditions d’emprisonnement soit meilleures, et réhumaniser sa garde. Néammoins les 6 mois d’isolement absolu du jeune garçon auront eu raison de sa santé, il décédera à l’age de 10 ans le 8 Juin 1975 d’une péritonite aîgue. Son corps sera jeté dans une fosse commune.

A la mort de Louis XVII une rumeur se propage, Louis XVII aurait été remplacé par un autre enfant durant son emprisonnement et le jeune roi serait bien vivant. Une hypothèse encore soutenue aujourd’hui.

La prison du Temple : 

La Tour du Temple qui deviendra la prison de la famille royale, fût construite par les Templiers en 1240 et détruite en 1808. Elle se trouvait dans le centre de Paris, actuellement au niveau du Square du Temple, dans le 3ème arrondissement de Paris. (Metro Temple pour les plus curieux ;)). Devenue célèbre du fait de l’emprisonnement de la famille Royale et de la mort du jeune Louis XVII dans ses murs, la prison du Temple devint un lieu de pèlerinage pour les royalistes dès le début du XIX siècle. C’est pour cette raison que Napoléon 1er décidât de la faire détruire en 1808, la démolition dura 2 ans.

Dans la prison du Temple la famille Royale occupait 2 étages. Louis XVI était au 3ème étage, Marie Antoinette, sa soeur et ses enfants étaient logés juste en dessous au 2ème étage. Les appartements étaient vraisemblablement similaires. La seule survivante de cet emprisonnement sera la soeur de Louis XVII, Marie-Thérèse de France fille aînée et seule enfant restant du couple royale.

 

Sans titre-2-Récupéré

Le 14 Juillet 1789 par Anthony Pascal

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

14 juillet

Dans le film « 14 Juillet » Anthony Pascal dresse une chronologie de l’emblématique journée de la prise de la Bastille. Au travers de ses dessins il nous guide vers les principaux évènements qui ont eu lieu lors de cette moment cruciale de l’histoire de France.

Partie 1 « 14 Juillet » par Anthony Pascal

Parties 2 et 3

 

 

 

 

 

À propos …

 

Anthony Pascal, (voir le Blog du réalisateur)  auteur-dessinateur, a participé aux séries télévisés Les Nouvelles aventures, Lucky-Luke, Oggy et les Cafards, Galactik Football, Alvin et les Chipmunks. Il signe lui même plusieurs films (dont plusieurs ont pour thèmes l’histoire de France et plus particulièrement la période révolutionnaire).

Quelques personnages :

La Bastille, 14 Juillet 1789

Construite à Paris entre 1370 et 1383, la forteresse de la Bastille fut érigée au niveau de la rue Saint Antoine, à l’endroit de la Place de la Bastille actuelle. Sa construction fut ordonné en 1367 par le roi Charles V. Sa fonction première était de défendre la porte Saint Antoine, les remparts de l’Est Parisien et de protéger le roi en cas de révolte de la population. Toutefois sa fonction militaire s’avéra peu convaincante, et la Bastille fut déroutée de ses premières fonctions. Elle devint à la fois cachot sous Louis XI, entrepôt d’armes et de munitions sous François 1er, coffre fort des richesses royale sous Henri IV et nommée prison d’état par le Cardinal Richelieu sous le règne de Louis XIII.

A l’époque de Louis XVI la forteresse de la Bastille représente un gouffre financier pour l’état. Les cellules, au nombre de 42, sont pour les trois -quart vides, l’état doit rémunérer le salaire du Gouverneur  (à l’époque Bernard René Jordan de Launey), l’entretien du personnel et les frais de nourritures. En 1784 Jacques Necker (ministre des finances de Louis XVI) avait pour projet de la faire détruire. Pour les parisiens, elle ne fait que leur rappeler l’autorité de la Monarchie.

A partir du 15 juillet 1789, au lendemain des évènements de la prise de la Bastille par les émeutiers parisiens, un entrepreneur privé Pierre François Palloy débuta sa démolition, le chantier durera jusqu’en 1806. Une partie des pierres de la forteresse furent recyclées pour construire le pont de la Concorde.

Certains personnages célèbres furent emprisonnés dans la bastille :

– Montaigne 1589

– Le masque de fer sous le règne de Louis XIV

– Voltaire sous le règne de Louis XV

– Beaumachais sous le regne de Louis XV

– Le marquis de Sade sous le règne de Louis XVI ( Transféré quelques jours avnt la prise de la Bastille)

– Brissot sous le règne de Louis XVI

Le jour de la prise de la Bastille ils étaient sept prisonniers.

 

Sans titre-2-Récupéré

 

Le peuple Parisien 

Acculé depuis des années par la famine, la pauvreté, la maladie, le peuple de France est en très grande difficulté. Le 11 Juillet 1789, le renvoi par Louis XVI de Jacques Necker, apprécié des parisiens, ainsi que la présence des forces mercenaires aux abords de la ville (ordonné par Louis XVI), déclenchent le début de la rébellion des habitants de Paris. Le 12 Juillet les parisiens commence à se fédérer. Camilles Desmoulin, à l’époque journaliste inconnu, appela le peuple de Paris à récupérer les armes entreposées aux Invalides, afin de se defendrent en cas d’invasion des armées installées autour de la ville. Le 14 Juillet au matin les emeutiers décident de se retrouver devant l’hotel des Invalides exigeant des armes. Il est 10 heures, la journée symbolique de La Prise de la Bastille commence.

 

Pierre Auguste Hulin 

Le général Pierre Auguste Hulin a joué un rôle important lors de la prise de la Bastille. Il accompagna les émeutiers ce jour du 14 Juillet vers la forteresse et aurait été un des premier à pénétrer dans la Bastille lors de l’attaque des révolutionnaires. Figure importante de ce 14 Juillet il sera promut au grade de capitaine commandant et réalisera une très grande carrière militaire accompagnée de tous les honneurs.

Si vous avez 30 minutes, profitez en pour regarder ce documentaire, dans lequel Anthony Pascal nous y dresse les principaux évènements de cette journée.

 

© Photo credit/Anthony Pascal

Maximilien de ROBESPIERRE

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

Maximilien de Robespierre

Anthony Pascal nous offre un documentaire présenté sous la forme de dessins fixes. L’auteur s’est attaché dans cette oeuvre, à nous faire découvrir la personnalité et le parcours de Maximilien de Robespierre, une des principales figures de la Revolution Française.

 

 

À propos …

 

«  L’esprit d’une nation réside toujours dans le petit nombre qui fait travailler le grand nombre, est nourri par lui et le gouverne » 

Voltaire (écrivain et philosophe français 1694 -1778 ) »

C’est par cette citation que débute le documentaire « Robespierre » réalisé par Anthony Pascal en 2015. Anthony Pascal est un auteur-dessinateur réputé. Il a participé aux séries télévisés Les Nouvelles aventures, Lucky-Luke, Oggy et les Cafards, Galactik Football, Alvin et les Chipmunks. Il signe également d’autres oeuvres comme son nouveau film animé L’Exil, évoquant l’histoire d’un réfugié albanais.

 

Les traits de Maximilien de Robespierre : 

Anthony Pascal ( voir le Blog du réalisateur ) nous offre un documentaire présenté sous la forme de dessins fixes. Il s’est attaché dans cette oeuvre à nous faire découvrir la personnalité et le parcours de Maximilien de Robespierre, une des principales figures de la Revolution Française. Le dessinateur explique dans un article de la Voix du Nord (écrit par Nicolas André) :

« J’ai été inspiré par les conférences de Henri Guillemin, qui n’est pas sans parti pris, mais qui a réveillé en moi de la curiosité. Je me suis intéressé au sujet et à la Révolution car ce Robespierre n’était pas celui des clichés, celui que j’avais appris à l’école. Robespierre est un personnage qui, comme Jeanne d’Arc a été mangé par son mythe ! Je me suis documenté et j’ai appris beaucoup de choses. »

Henri Guillemin (1903-1992)  était un est un historien français, critique littéraire, conférencier et polémiste, reconnu et réputé pour ses interprétations de certaines personnalité telles que Robespierre, Jeanne d’Arc, Pétain, André Gide … mais également sur certains évènements de l’Histoire Française. Concernant Robespierre il existe une publication : « Robespierre, politique et mystique »  édité par Le Seuil en 1987, mais également beaucoup d’autres sur différents personnages et évènements  historiques ( VIDEO Henri Guillemin explique la révolution Française et Robespierre – Partie 1 / Partie 2 )

Dans son documentaire sur Robespierre, Anthony Pascal signe la réalisation, les textes, le montage, et les commentaires en voix off.

Maximilien de Robespierre est un des principaux acteurs de son époque. Membre marquant du Club des Jacobin, célèbre « Montagnards » opposé aux « Girondins » , défenseur de l’abolition de la peine de mort, de l’esclavage, Robespierre était aussi un militant de l’égalité des droits des citoyens. Personnage complexe, évoluant dans un époque troublée et en mutation, il deviendra l’un des personnages symbolique qui accompagna la France dans une nouvelle ère politique.

Petit retour sur le club des Jacobins : 

Le club des Jacobins, est un des clubs les plus connus de l’histoire de la Révolution Française. D’abord appelé la Société des Amis de la Constitution ou le club Breton, le club des Jacobins tient son nom du couvent des Jacobins de la rue saint Honoré, là même où ils s’est installé en 1789. Le succès de ce club est rapide, à la fin de cette année de 1789 ils sont plus d’un millier d’adhérents. On y trouve toutes les grandes personnalités de l’époque, Mirabeau, Robespierre, Piéton, La Fayette, Dupond, Barnave, Lameth … Le club centralisé à Paris se déploie également en province par l’ouverture de filiales, en 1790 elles sont près de 150, permettant aux Jacobins de profiter d’un réseau fort dans tout le pays, et d’une structure solide. Un journal y est fondé : Le Journal des Sociétés des amis de la constitution, crée par Choderlos de Laclos. Toutefois la veille de la Fusillade du champs de Mars le 16 Juillet 1791 , Barnave qui contrôle le club, déserte les Jacobins et entraine avec lui la majorité des députés modérés. Il ne reste plus alors que Robespierre, Pétion, Roederer, Buzot, Grégoire et quelques autres. En novembre 1791 Jérôme Pétion, est élu maire de Paris. Du fait de la scission des Jacobins, provoqué par le départ de Barnave et de la majorités des députés, le club s’émancipe en tant que vrai machine politique et devient acteur dans ses relations avec l’Assemblée Nationale. Lors de la Revolution Française, le club des Jacobins se retrouve désormais être un lieu des grands débats politique, souvent en contestation avec les décisions de l’assemblée, Maximilien de Robespierre y siège en grand orateur. A cette époque La France est pratiquement en guerre avec toute l’Europe, les monarchies européenne veulent stopper La Revolution. La chute de la monarchie en Août 1972 va positionner le club des Jacobins au centre de la rébellion, élevant Robespierre comme principaux leaders de cette période.

À partir de l’automne 1792, le club change de nom et devient la « Société des amis de la Liberté et de l’Égalité » et se constitue de plus en plus de partisans jeunes, non lettrés, résolument révolutionnaire, ne cherchant qu’a être guidés.

En 1793 Les Jacobins font état d’une autorité morale colossale auprès du peuple, le club compte un réseau de 5 500 filiales en France et jusqu’à 200 000 adhérents. Le 28 Juillet 1794  la chute de Robespierre sonnera le début de la fin du club des Jacobins, qui quelques mois plus tard verra son immeuble transformé en marché public « Le marché du 9 thermidor »

Si vous souhaitez en voir un peu plus sur le documentaire Robespierre, vous pouvez consulter le Bonus du film  » Art of Robespierre »  d’Anthony Pascal .

 

Sans titre-2-Récupéré

 

© Photo Credit/Anthony Pascal