« Le combat du siècle » – Boxe

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

combat du siècle

Ce documentaire proposé par Arte, revient sur l’organisation et le déroulement du « combat du siècle », le premier match de boxe le plus médiatisé du début du XXème siècle

le combat du siècle

 

 

À propos …

 

« Le combat du siècle »

« le combat du siècle » fait référence au match du championnat du monde de boxe de poids lourds, organisé à Jersey City, le 2 Juillet 1921. C’est dans l’immense stade le Thirty Acres, construit spécialement pour l’occasion et pouvant accueillir plus de 80 000 spectateurs, que se déroula ce combat mythique entre l’américain Jack Dempsey et le français Georges Carpentier.

Ce documentaire, organisé exclusivement autour d’images d’archives, revient sur les deux ans de préparatifs qui furent nécessaires à organiser le championnat, ainsi que l’entrainement en amont des boxeurs, et enfin sur le déroulement du combat.

le 2 Juillet 1921, des centaines de milliers de personnes eurent l’opportunité de suivre pour la première fois dans l’histoire, un match en direct. En effet environ 85 télégraphistes et cableurs étaient présents afin de transmettre les résultats de chaque round au monde entier. Plus de 300 journalistes et reporters furent envoyés par la presse internationale au stade Thirty Acres afin de couvrir l’évènement et une vingtaine de cameraman, sans compter tous les photographes, étaient là pour immortaliser la première rencontre entre un boxeur français et un boxeur américain.

Sans nuls doutes, « le combat du siècle » sonna le début de la médiatisation de la boxe, et de la grande popularité de ce sport.

 

Deux boxeurs – deux légendes

George Carpentier, considéré comme le pionnier de la boxe en France, sera le premier français champion du monde de boxe anglaise. Soldat exemplaire, récompensé de la Croix de Guerre et de la Médaille Militaire pendant la première guerre mondiale, Georges Carpentier est très apprécié des français et propulsé au rang de figure nationale. Surnommé « l’homme à l’orchidée » outre Atlantique, en référence à son physique gracile, Georges Carpentier se détache, des autres boxeurs, par une silhouette plutôt élégante.

Décédé à l’âge de 81 ans, le 28 Octobre 1975 ( le même jour que Marcel Cerdan, autre figure emblématique de la boxe, qui décéda dans un accident d’avion le 28 octobre 1949 ) Carpentier resta une icône du sport français. Lors du « combat du siècle » il fût supporté par toute une nation, qui lui fit un accueil triomphant lors de son retour à Paris.

Héros sportif issu d’une classe sociale modeste, fils de mineur du  Nord-Pas-de-Calais, il restera celui qui a ouvert les portes de la boxe aux futurs sportifs français. Plusieurs complexes sportifs, stades, gymnases portent aujourd’hui son nom. Inspirant le respect et l’admiration, ce génie du ring déposera les gants après 88 victoires sur 109 combats. Il deviendra ambassadeur du sport français à l’étranger, et sera également fait officier de la Légion d’honneur le 30 mars 1972, officier de l’Ordre national du mérite et commandeur du mérite sportif.

 

Jack Dempsey, est vu comme l’une des premières grandes icônes de la boxe anglaise moderne, ayant pour surnoms « Kid Blackie » et « The Manassa Mauler », il est l’un des boxeurs les plus populaires depuis le début du XXème siècle jusqu’à aujourd’hui. En 1950 l’agence américaine the Associated Press le nomma le plus grand combattant des dernières 50 années.

Tout comme Georges Carpentier, Jack Dempsey est issu d’une famille très modeste du Colorado, aux Etats-Unis. Sans argent, il est occasionnellement garde du corps, videur, ou se rend dans les bars proposant des combats, dont il espère récupérer l’argent des paris. Repéré par l’entraineur Jack Kearn, il passe boxeur professionnel.

À la suite de son succès il incarnera pour de nombreux supporters, le rêve américain. Originaire d’une famille de paysans mormons, il deviendra le sportif le mieux payé de son époque. Il sera également l’inventeur du Dempsey ‘s Roll, un mouvement copié encore aujourd’hui par de nombreux grands noms de la boxe (pour les plus curieux, explication complète ici sur le blog Fan de Boxe) .

Très charismatique, il possède une force assez surprenante qui impressionne ses adversaires, mais aussi le public qui le soutient avec passion, faisant de lui une vraie légende. Nommé boxeur de l’année par le Ring Magazine en 1923, il devient également, avec d’autres grands noms de la boxe, membre de l’International Boxing Hall of Fame lors de sa création en 1990.

Jack Dempsey prendra sa retraite avec un palmarès de 66 victoires dont 51 par KO, sur un total de 83 combats disputés.

 

combat du siècle
Georges Carpentier (à gauche) et Jack Dempsey (à droite)

 

 

Sans titre-2-Récupéré

Namibia — Cuba’s female boxing revolution

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

boxe

Dans ce tout petit court métrage de 2mn12 Maceo Frost, dresse le portrait de la boxeuse Namibia Florez Rodigues, pratiquant la boxe et vivant à Cuba.

À propos …

La boxe à Cuba, un sport réservé aux hommes

Namibia Florez Rodrigues est une boxeuse cubaine, une des très rare dans son pays, et la plus connue. En effet, à Cuba les femmes ont difficilement accès à ce sport, le gouvernement y mettant des restrictions. Autorisées à pratiquer librement le Judo, weight-lifting, Tae Kwon Do, karate and wrestling … elles se voient interdit le droit de se présenter à des compétitions de boxe professionnelles, considérant que ce sport serait « nocif et inapproprié » pour elles .

Après 8 années de combat contre cette interdiction et les préjugés, Namibia Florez Rodrigues a eu gain de cause. Elle à été autorisée à représenter son pays lors des jeux olympique de Rio 2016.

A 39 ans cette cubaine aurait pu faire carrière aux Etats Unis et vivre la vie de championne que tous lui prédit, mais elle a choisit de rester sur son île natale afin de défendre le droit des femmes, son droit, et d’imposer sa légitimité en tant que boxeuse. Jeune fille elle commence à pratiquer le Tae Kwon Do sachant « dès son plus jeune âge qu’elle est une combattante « . A 15 ans elle enfile ses premiers gants de boxe et monte sur le ring. A partir de ce moment elle devra chercher à s’imposer et comme elle l’explique dans différents entretiens,  » esquiver les remarques dont elle fut la cible durant toute sa carrière : la boxe est un sport d’hommes, tous ces sacrifices n’en valent pas la peine, les femmes ne sont assez fortes pour pratiquer la boxe et depuis quelques années : tu es trop âgée pour ça  »

Seulement la très disciplinée Namibia Florez Rodrigues, qui s’entraine tous les jours et court environ 7 kilomètres quotidiennement, persévère, et Maceo Frost, par une mise en scène et une bande son relevé et rythmé a bien su capter et illustrer la force de cette boxeuse opiniâtre et sans filtres.

 

A la suite de cette vidéo vous pouvez lire un article très complet sur la boxe à Cuba ici   .

 

Sans titre-2-Récupéré

 

Credit image ©Maceo Frost

 

Plage – Michaël Lheureux

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

La plage

Venez passer une petite heure à la plage avec nous ! découvrir d’un peu plus près toutes ces personnes que vous avez croisé certainement cet été, mais de loin.

 

Capture d’écran 2016-08-23 à 14.57.10

À propos …

Et si on retournait à la plage ?

Plage est un documentaire de Michaël Lheureux, réalisateur également de Papy-Mamy produit par quark, diffusé sur France 3 et récompensé par la SCAM. Plage à été réalisé en Haute Normandie, sur la plage du Val-André.

Dans ce documentaire, le réalisateur à pris comme sujets principaux la plage et ses vacanciers. Sans commentaires en off, on profite pleinement de l’ambiance sonore de ce lieu prisé, où cohabitent touristes et habitants des environs. Conversations, babillages des petits aux joues rosées par le soleil, rouleaux d’écumes …  viennent rappeler à nos oreilles les moments passés sur cette plage, la fameuse qu’on se languit de rejoindre quand vient l’hiver. Merci à Jean Yves Pouyat l’ingénieur du son pour ce cadeau 🙂 !

Ensemble de saynètes où se croisent toutes les générations, endormies, dévêtues, amoureuses, emerveillées, la Plage, à travers l’oeil du réalisateur nous apparait comme une exposition, où l’on se balade de tableaux en tableaux, admirant la lumière, les poses, les couleurs, les regards.

Le réalisateur explique sa méthode de travail sur le site de KuB :

« Je cherche et explore la matière qui va constituer mon film : le petit peuple de cette plage. Je me mets en position de capture : j’attends la situation, la séquence singulière qui va me permettre d’entrer dans mon sujet. (…) J’aime être près des gens et danser un peu avec eux quand je les filme. J’aime bien que les gens me sentent, j’aime bien qu’on fasse communauté, que le cinéma baigne dans le réel et pas comme sur des tournages où l’équipe cinématographique est sur un piédestal d’où elle regarde le monde d’en haut avec des airs parfois supérieurs »

Effectivement, Plage est un documentaire à hauteur d’hommes, là où se rejoint esthétisme et émotion. Avec la plus belle des simplicité, Michael Heureux a saisi la réalité de ses instants passés sur cette grande scène ensablée, où l’on joue nos premiers souvenirs de vacances, nos premiers baisers, nos plus belles siestes, nos premières vacances entre potes… !

Sans titre-2-Récupéré

 

 

Credits photos ©Michaël Lheureux @KUB

La danseuse indienne, Mrinalini Sarabhai

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

Mrinalini Sarabhai

Documentaire sur la vie de Mrinalini Sarabhai, pionnière de la danse contemporaine indienne. Réalisé entre autre par Malika Sarabhai, fille de la danseuse, ce documentaire revient sur les principales chorégraphies qui ont porté la danse indienne à un rayonnement international.

 

 

À propos …

Mrinalini Sarabhai « La bombe atomique hindou »

Mrinalini Sarabhai est née en 1918 dans la province du Kerala, en Inde et décéda en Janvier 2016 à l’âge de 97 ans.

Issue d’une formation classique Mrinalini Sarabhai fut une des pionnières de la danse contemporaine indienne et redonna au Bharata Natyam ses lettres de noblesse.

Au XIX siecle le Bharata Natyam alors exclusivement dansé dans les temples et par des femmes, était tombé en désuétude, Sarabhai réinterpreta à sa manière cette danse,  lui apportant de la mixité et proposant des représentations sur scène. Elle fut également une des premières femmes à danser le Khatakali, danse traditionnelle indienne exclusivement dansée par des hommes et originaire du sud de l’Inde.

Dans ce documentaire sa fille Malika Sarabhai, elle même danseuse classique, revient sur le travail de sa mère, et les chorégraphies qui ont marqué sa carrière, mais aussi l’histoire contemporaine de la danse indienne.

Mrinalini Sarabhai a porté la danse classique indienne sur les scènes contemporaines du monde entier. Cette danseuse, à réinterprété les danses traditionnelles de son pays afin de les faire entrer dans la modernité, de les rendre accessibles à un public nouveau, de les faire rayonner.

En mettant au coeur de ses chorégraphies la vie actuelle indienne, la mixité, Mrinalini Sarabhai à crée plus que des spectacles de danse, elle a inclus dans ses créations de vrais partis pris, et des axes de reflections.

Plusieurs fois récompensée par des prix internationaux, son travail qui a marqué une nouvelle génération de danseurs, se transmet encore aujourd’hui au sein de l’école qu’elle a fondé à Ahmedabad avec son mari Vikram Sarabhai en 1949 : Darpana Academy of Performing Arts. Cette école dispense aujourd’hui differents enseignements artistiques comme la danse, les arts martiaux, l’écriture, chant, instruments de musique. Elle possède également dans son programme une offre de résidence d’artistes sous l’égide de l’UNESCO. Enfin la Darpana Academy of Performing Arts travaille régulièrement sur des sujets touchant aux droits des femmes, à l’écologie et aux droits des hommes en général, sociaux et internationaux.

Le style de Mrinalini Sarabhai a permit à la dans Indienne de franchir de manière significative une nouvelle étape. En apprenant plusieurs formes de danse avec les plus grands maîtres indiens, cette dernière fût considérée comme visionnaire dans sa manière de créer et d’interpréter des chorégraphies.

« J’étais toujours à la recherche de sujets de danse qui pourraient bouleverser les gens »

Mrinalini Sarabhai

Sans titre-2-Récupéré

Quelques uns des spectacles abordés dans le documentaire :

Shakuntala en 1975

Aspiration en 1975

Chandalika en 197

Krishna en 1996

The dance of Life en 2044

 

 

La crise de Suez, le pacte secret

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

La crise de Suez

Dans ce documentaire, diffusé par France 5, Peter Hercombe revient sur la crise de Suez, fin 1956 début 1957 qui a bouleversé la scène politique mondiale. La mise en place d’une coalition secrète des français, britanniques et israéliens voulant renverser le gouvernement égyptien en place de Nasser.

 

 

À propos …

 

Retour sur la crise de Suez :

Le Canal de Suez est situé au nord de l’Egypte, il fût mis en service le 17 Novembre 1869, après dix années de travaux.

Il permettait aux bateaux de commerce de raccourcir leurs trajets et de ne plus avoir à contourner la pointe sud de l’Afrique, pour se rendre en Asie ou en Europe. Le canal avait une visée internationale, bien que construit et principalement financé par l’Egypte.

Le canal est « libre et ouvert, en temps de guerre comme en temps de paix, à tout navire de commerce ou de guerre, sans distinction de pavillon ».

29 octobre 1888, la convention de Constantinople

Tous les bateaux de tous les pays sont autorisés à l’emprunter.

A la fin de la construction du Canal de Suez, l’Egypte et la France en sont les deux principaux actionnaires. Toutefois, en 1875, l’endettement de l’Egypte contraint le gouvernement à vendre ses parts.

L’ Angleterre qui avait tenté d’empêcher la construction du canal de peur de perdre son monopole sur la route des Indes, au profit de la France, en sera l’heureux acquéreur. Dès l’acquisition du Canal de Suez, les troupes militaires Anglaises débarquent en Egypte et s’installent aux abords du canal afin d’y établir son contrôle.

Le 23 Juin 1956, lorsque Gamal Abdel Nasser arrive au pouvoir en Egypte, cette dernière est asphyxiée par une économie en chute libre, une agriculture décroissante et des populations s’appauvrissant chaque jour. L’Egypte est en déroute, Nasser se donne pour mission de redresser l’économie et de faire entrer son pays dans la modernité.

Extrêmement populaire en Egypte et dans le monde arabe, Nasser affiche publiquement ses opinions anti colonialiste, socialiste, nationaliste en lutte contre l’impérialisme étranger. Particulièrement contre l’Angleterre, dont l’armée est toujours présente en Egypte, alors que le protectorat Anglais est censé être terminé depuis 1936.

Afin de permettre à son pays de se relever, Nasser décide de la construction du barrage d’Assouan. Ce barrage permettrait de contrôler les eaux du Nil, favoriser l’agriculture, de remonter l’économie mais aussi d’apporter l’électricité à plus de 20 000 villages. Le barrage d’Assouan représente la porte d’entrée de l’Egypte vers le progrès.

Nasser, afin de lever des fonds, avait demandé un prêt à la banque fédérale des Etats Unis. Après acceptation, cette dernière se rétracte apprenant que Nasser vient de reconnaitre publiquement le régime communiste Chinois. C’est l’époque de la Guerre Froide, les renseignements américain le soupçonnant également de liens trop étroits avec la Russie.

Le 26 Juillet 1956, afin de trouver un autre moyen de financer le barrage d’Assouan, Nasser déclare, sans en informer quiconque, la nationalisation du Canal de Suez.

« La pauvreté n’est pas une honte, mais c’est l’exploitation des peuples qui l’est. Nous reprendrons tous nos droits, car tous ces fonds sont les nôtres, et ce canal est la propriété de l’Égypte (…) J’assigne aujourd’hui l’accord du gouvernement sur l’établissement de la Compagnie du Canal. »

Gamal Abdel Nasser, discours à Alexandrie 26 Juillet 1956

 

La crise de Suez
Gamal Abdel Nasser, discours d’Alexandrie 26 Juillet 1956

 

Le canal, situé en Egypte, avait été construit principalement sur des fonds égyptien et par une main d’oeuvre égyptienne. Il avait donc été convenu que 90 ans après sa mise en service, le canal appartiendrait en totalité à l’Egypte. Hors, lorsque Nasser annonce cette nationalisation, il est en avance sur l’accord qui avait été passé.

A cause de ce coup de force, l’Angleterre et la France le compare à Hitler et Mussolini, afin de mettre l’opinion publique de leur côté, en « surfant » sur les peurs. Les deux états européens ont déjà en tête une riposte et tente de faire reconnaitre leur statut de victime face à un régime « totalitaire » et « dangereux pour le monde entier ».

Ce qui sera appelé la Crise de Suez, commence.

 

Sans titre-2-Récupéré

 

Une opération secrète :

La France et L’Angleterre sont déterminées à faire flancher le pourvoir de Nasser, qui les empêche d’avoir un contrôle absolu sur l’Egypte mais également sur d’autres pays arabes. Pour la scène internationale et particulièrement pour le Moyen Orient, cette crise de Suez représentera le symbole de la rébellion arabe face aux empires coloniaux.

La France et L’Angleterre réaliseront une coalition secrète avec Israel, dont les rapports sont très tendus avec l’Egypte qui soutient militairement la Palestine.

Ils organiserons « le Protocole de Sevres », une mise place stratégique d’un débarquement militaire des trois armées afin de prendre contrôle de l’Egypte sur ses terres.

« L’État hébreu attaquera l’Égypte le 29 octobre 1956 dans la soirée et foncera vers le canal de Suez. Profitant de cette agression « surprise », Londres et Paris lanceront le lendemain un ultimatum aux deux belligérants pour qu’ils se retirent de la zone du canal. Si l’Égypte ne se plie pas aux injonctions, les troupes franco-britanniques entreront en action le 31 octobre. »

Protocole de Sèvre 1956

Le débarquement armée de cette coalition durera 1 semaine, jusqu’à l’ordonnance de l’ONU du retraits des troupes Anglaises, Française et Israelienne du sol Egyptien.

De cette Crise de Suez, naîtra un profond sentiment d’échec de la part de l’Angleterre et de la France. Elle sonnera la fin de l’impérialisme de ces deux nations tel qu’il était reconnu.

La force militaire de maintient et de la paix de l’Organisation des Nations Unis (ONU) réalisera sa première intervention armée en envoyant sur place ses soldats « Les Casques bleus » .

 

 

Le haut barrage d’Assouan

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

Le barrage d'Assouan

La Chaine américaine History Channel propose un documentaire sur la réalisation du barrage d’Assouan, en Egypte. La construction de ce barrage, considéré comme l’un des plus grands au monde, se révèlera comme l’une des entreprises les plus importantes menées au XX siècle.

 

À propos …

 

«  Le Nil est l’Egypte et l’Egypte est le Nil » 

Proverbes Egyptien

 

Le barrage d’Assouan, le défi de Gamal Abdel Nasser :

Le haut barrage d’Assouan se situe sur le Nil, au nord de l’Egypte, il fût terminé en 1970 après dix ans de travaux. Ce barrage fût construit pour compléter le petit barrage d’Assouan dont les travaux avaient débutés en 1899.

A l’initiative du grand barrage, on retrouve Gamal Abdel Nasser, président de l’Egypte de 1956 à 1970. Depuis toujours, l’Egypte est dépendante du Nil, seule grande ressource en eau du pays. Son agriculture à toujours dû s’adapter au rythme des sécheresses et des inondations du fleuve. Pendant des milliers d’années, les égyptiens ont souvent essayé de mettre au point des installations, barrages, canals… afin de pouvoir mieux maîtriser le Nil et ses fluctuations naturelles. Lorsque Nasser arrive au pouvoir, l’Egypte est un pays abîmé par la pauvreté, la famine et les endettements (notamment ceux contractés pour la construction du Canal De Suez par Mohamed Saïd Pacha, alors roi d’Egypte ).

Nasser, premier égyptien à gouverner son pays depuis l’époque des pharaons, décide lors de son accession au pouvoir de faire construire un haut barrage au Nord de l’Egypte. En effet le petit barrage d’Assouan n’étant pas assez efficace et ne pouvant faire des réserves d’eau que pour une seule année, il devient nécessaire, pour l’agriculture égyptienne, de mettre en oeuvre de nouvelles constructions. Le but de Nasser, dans cette entreprise, est de relancer l’économie de son pays en favorisant l’agriculture, notamment de blé et de coton, mais en amenant aussi l’électricité dans de nombreux villages qui en sont encore dépourvu.

Grâce au barrage d’Assouan, Nasser fera entrer son pays dans la modernité.

Entre stratégies politiques et économiques, la construction du barrage d’Assouan connaîtra de grandes difficultés à se mettre en place. Tout d’abord étudié par les ingénieurs allemands, les travaux seront finalement entrepris par les Russes avec les égyptiens pour main d’oeuvre.

Ce barrage fût en partie financé lorsque Nasser nationalisa le canal de Suez, donnant lieu à une guerre et très grande crise diplomatique, d’octobre 1956 à mars 1957. L’Egypte d’un côté et l’Israel, la France et l’Angleterre de l’autre. La France et L’Angleterre, possédant le bail du canal de Suez, dont la durée était de 90 ans, n’acceptent pas la nationalisation et envahissent la partie nord de l’Egypte, aidé des Israéliens.

Cette alliance secrète, scellée par les Accords de Sèvre,  entre deux États européens et Israël répondait à des intérêts communs économiques et politiques, leur but étant de renverser le pouvoir de Nasser et de récupérer le canal. Sous la pression de la scène internationale et surtout des Etats unis et de l’Union Soviétique (qui avait menacé l’Angleterre et la France de riposte nucléaire en cas de d’attaque) , l’Onu  exigent le retrait des troupes françaises, Anglaises et Israéliennes afin de stopper les combats et rétablir la paix.

A la fin de cet épisode de crise, le barrage d’Assouan peut alors continuer sa construction. Plusieurs problématiques sont mis en évidence, notamment la submersion de certains temples égyptiens à cause des eaux du barrage. Une vingtaine de temples doivent être alors déplacés afin de les protéger des eaux et d’une destruction. L’UNESCO décide alors de prendre en charge le déplacement de ce patrimoine historique. Il faudra faire preuve de prouesses technologiques afin de déplacer les temples, mais également des parties de montagnes car certains avaient été creusé directement à flanc, dans la roche. Il faudra quatre ans pour aboutir les travaux.

Certaines populations furent être déplacés, comme particulièrement les Nubiens (environ 117 000 personnes ), dont les terres furent engloutis sous les eaux du barrage.

Le barrage d’Assouan apporta à l’Egypte un contrôle des crues du Nil et une irrigation maitrisée toute l’année. Il permit également à 20 000 villages d’être fournis en électricité.

L’Egypte fera alors un bond dans le temps, celui du modernisme.

Le barrage d’Assouan, tout comme le canal de Suez fut construit par une main d’oeuvre égyptienne, comme pour la construction du canal, de nombreux travailleurs y périrent.

 

Sans titre-2-Récupéré