La Commune de 1871- France 5

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

Dans le cadre de son émission Lundi Histoire, France 5  propose un documentaire explicatif sur La Commune de Paris en 1871. Il s’appuie sur les archives du Musée d’Art et d’Histoire de Saint Denis, du Musée de l’Histoire Vivante de Montreuil, La Ville de Paris et les Fonds de l’association des amis de la Commune.

 

 

À propos …

 

D’une durée de 55mn, produit par Mémoire Vives production pour France 5, ce film à été réalisé par Medhi Lallaoui réalisateur et écrivain, avec l’appui des commentaires de Bernard Langlois ainsi que les voix off de Jacques Chably et Claudine Baschet. Il a été diffusé en 2004.

 

1871 :

La Commune de Paris est une période révolutionnaire née en partie de la défaite de la France et sa capitulation face à la Prusses. A cette époque la ville de Paris est assiégée, les français  ressentent comme une humiliation les clauses de l’armistice mise en place le 28 Janvier 1871 entre Jules Favre ministre des affaires etrangères et le chancelier allemand Otto Von Bismarck.

Du fait d’une dure famine pendant l’hiver 1870 et 1871, et d’une résistance accrue de la population face aux Prusses, la tension monte parmis les parisiens qui ne partagent pas l’idée d’une capitulation. Le gouvernement, installé à Versailles, et le peuple de Paris se font face formant deux clans fermement opposés.

Le 18 Mars le gouvernement se sentant menacé, décide de désarmer les Parisiens en récupérant les 227 canons situés à Montmartre et Belleville, ces canons ayant été payés par les parisiens eux même, ceux ci s’insurgent et réussissent à fraterniser avec les soldats venus les récupérer. Durant cette journée la population s’en prend aux représentants du gouvernement, les généraux Lecomte et Clément-Thomas seront fusillés rue des Rosiers. C’est le début de La commune qui durera un peu plus de 2 mois, 72 jours exactement, du 18 Mars 1871 au 28 Mai 1871.

Les populations les plus riches quittent Paris tandis que les ouvriers qui occupent le centre et les arrondissements de l’est parisiens, particulièrement le 10ème, 11ème, 20ème et 13ème se fédèrent. Le 26 mars à lieu l’élection des 92 membres du Conseil de la Commune, toutes les tendances républicaine et socialiste y sont représentées, parmi eux également des anarchistes, jacobins, radicaux, blanquistes et avant gardistes. Toutefois le peuple trouve que la Commune des élus est un peu « molasse » et décide de s’organiser en clubs. L’un des plus connu sera le Club des Prolétaires, environ 2000 à 3000 personnes dont beaucoup de femmes, qui même si elles n’ont pas accès au vote, se font nommées à des postes à responsabilités. Les plus influentes Elisabeth Dmitriev, membre du Comité Exécutif de l’Union des femmes ( l’un des premiers mouvements féministes) et Louise Michel, enseignante, figure révolutionnaire et anarchiste qui sera déportée en Nouvelle Caledonie en Mai 1871. Les femmes auront tout autant un rôle majeur dans l’histoire de la Commune, jusqu’au bout elles combattrons armes à la main dans les bataillons des fédérés.

 

Sans titre-2-Récupéré

 

Toutefois ces clubs créeront une division entre le peuple et le conseil de la Commune car beaucoup d’élus n’y prendront pas part. Nombres de journaux seront crées à cette période, on en compte plus de soixante dix,  dont les plus connus Le Cri du peuple de Jules Vallès et Le Mot d’ordre d’Henri Rochefort. Le peintre Gustave Courbet rejoint la rébellion et est élu à la Fédération des Artistes. Le 29 Mars le drapeaux rouge de La Commune est adopté, le calendrier républicain réaproprié, la colonne de la place Vendôme détruite ainsi que l’hôtel particulier d’Adolphe Thiers, chef du pouvoir exécutif exilé à Versailles.

La commune reconnait également La République Universelle, et proclame l’admission des étrangers pour ceux qui servent la France. Au sujet de Léo Frankel personnalité importante de la Commune, militant syndicaliste et socialiste d’origine hongroise :

 «  Considérant que le drapeau de la Commune est celui de la République universelle, que toutes cités a le droit de donner le titre de citoyen aux étrangers qui la servent, que cet usage existe chez les nations voisines, que le titre de membre de la Commune étant une marque de confiance plus grande encore que le titre de citoyen, comporte implicitement cette dernière qualité: la Commission est d’avis que les étrangers peuvent être admis et propose l’admission du citoyen Frankel »

Le 2 Avril La Commune déclare la séparation de l’Eglise et de l’Etat, l’école pour tous ainsi que la création d’un enseignement laïque et d’orphelinats laïque.

Toutefois, à Versailles, le gouvernement décide le 21 mai d’en finir avec cette résistance, c’est le début de ce qui sera appelé « La Semaine Sanglante ». Les troupes du Général Mac Mahon pénètrent dans Paris afin d’éliminer Les Communards, aucun prisonnier ne sera fait, tous seront exécutés sur le champs. On compte environ 900 barricades de fédérés dans Paris, tenues par des hommes, des femmes et des enfants. « La Semaine Sanglante » durera jusqu’au 28 Mai, l’Armée constituée par le gouvernement Français détruira la dernière barricade située aux environ de la rue du Faubourg Saint Denis et de la rue de la Fontaine aux Rois (où se trouve aujourd’hui une plaque commémorative) dans le 11ème arrondissement. ( Metro République ou Goncourt pour les amis curieux parisiens !) On estime l’armée de Mac Mahon à environ 130 000 hommes et celle des Communards entre 20 000 et 30 000. Cette semaine de combats particulièrement sanglante laissera beaucoup de morts environ 30 000. A peu près 6000 communards trouvèrent refuge en Angleterre, en Belgique et en Suisse.Paris mettra pratiquement vingt ans pour retrouver une main d’oeuvre qualifiée et le savoir de tous les artisans disparu à cette période.

Le Documentaire de Medhi Lallaoui pour France 5 nous offre en moins d’une heure un résumé très complet sur La Commune de 1971 qui restera une référence internationale du mouvement des ouvriers et de la fédération des classes sociales.

A la fin du documentaire deux livres nous conseillés afin d’approfondir le sujet : « Le regard d’un Parisien sur La Commune » de Jean Baronnet edité chez Gallimard et « La Commune Histoire et Souvenirs » de Louise Michel edité chez La découverte Poche.

 

 

Documentaires associés

Boxe – Des poings et des hommes

30-08-2016 18:12:20
Florent

1

Sidewalks of Samaipata

22-08-2016 17:23:58
Caroline

1

Le 14 Juillet 1789 par Anthony Pascal

19-08-2016 12:47:15
Caroline

1

Le Canal de Suez – History Channel

19-08-2016 16:43:46
Caroline

1

La Révolution Française

20-08-2016 16:06:17
Caroline

1

Les femmes dans les casques bleus

20-08-2016 12:39:59
Florent

1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *