Jack Johnson- Le champion qui divisa l’Amérique

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

Jack johnson

Ce documentaire proposé par Arte, revient sur la vie du champion de boxe Jack Johnson, premier noir américain champion du monde dans la catégorie prestigieuse des poids lourds.

 

 

À propos …

 

Jack Johnson « le géant de Galveston »

Le 26  décembre 1908, à Sidney en Australie, Jack Johnson est le premier noir américain à remporter le titre de champion du monde de boxe catégorie poids lourds. Son adversaire le canadien Tommy Burns est le premier champion à accepter de remettre en jeu son titre contre un homme noir.

Plusieurs années avant Jack Johnson, issu de parents esclaves originaires du Texas, se voit interdire la possibilité de combattre dans cette catégorie. En effet, tous les détenteurs du titre, qui sont des hommes blancs, refusent un à un de se confronter à lui et à toutes personnes de couleurs. Nous sommes au début du XX ème siècle, malgré l’abolition de l’esclavage proclamée en 1865, le racisme anti-noirs circule toujours autant dans une Amérique qui peine à trouver les voies de l’Égalité parmis ses citoyens.

Jack Johnson est un homme ambitieux, audacieux et surtout provocateur. Malgré les contraintes sociales imposées aux citoyens américains noirs de son époque, Johnson réussira à devenir l’un des plus grands boxeurs du monde et à entrer dans l’Histoire. Soutenu par toute la communauté noire américaine, cette dernière sera lynchée par les suprémacistes blancs, et payera cher les victoires du « géant de Galveston ».

Homme riche et célèbre, amateur de femmes exclusivement blanches et de voitures, la vie effrénée de Jack Johnson attirera les jalousies, ce qui sera très certainement un moteur dans la vie de ce boxeur que rien n’arrête. Sur les rings il se plaira à humilier ses adversaires, notamment Jim Jeffries, qui poussé par l’opinion publique à combattre Johnson, afin que le titre de champion du monde soit de nouveau entre les mains d’un blanc, se verra sévèrement vaincu .

Jim Jeffries, lorsqu’il était champion du monde avait refusé pendant des années d’affronter Johnson, barrant à ce dernier l’accession au titre. Johnson savourera sa revanche le 4 Juillet 1910 dans un stade plein à craquer à Reno, dans le Nevada.

En 1912, les détracteurs de Jack Johnson le feront accuser pour violation de la loi Mann, qui interdit de voyager avec une femme à travers les Etats Unis dans le but de la prostituer. En effet, les petites amies de Johnson avaient souvent un passé de prostituée, ce qui à servit de point de départ à cette fausse accusation. Suite à son jugement et à sa condamnation pour un an et un jour d’emprisonnement, Jack Johnson réussit à s’enfuir au Canada afin d’échapper à sa peine. Il se verra souvent refuser l’entrée de certains pays en Europe, et ses économies se réduisant il retournera aux Etats unis afin de purger sa peine.

« Mon vrai crime est d’avoir vaincu Jim Jeffries »

Jack Johnson

Jack Johnson, à ouvert la porte de la boxe professionnelle aux noirs américains. Il restera une référence en tant que grand sportif mais aussi en tant que symbole de la rébellion contre la ségrégation.

 

Sans titre-2-Récupéré

 

« Le combat du siècle » – Boxe

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

combat du siècle

Ce documentaire proposé par Arte, revient sur l’organisation et le déroulement du « combat du siècle », le premier match de boxe le plus médiatisé du début du XXème siècle

le combat du siècle

 

 

À propos …

 

« Le combat du siècle »

« le combat du siècle » fait référence au match du championnat du monde de boxe de poids lourds, organisé à Jersey City, le 2 Juillet 1921. C’est dans l’immense stade le Thirty Acres, construit spécialement pour l’occasion et pouvant accueillir plus de 80 000 spectateurs, que se déroula ce combat mythique entre l’américain Jack Dempsey et le français Georges Carpentier.

Ce documentaire, organisé exclusivement autour d’images d’archives, revient sur les deux ans de préparatifs qui furent nécessaires à organiser le championnat, ainsi que l’entrainement en amont des boxeurs, et enfin sur le déroulement du combat.

le 2 Juillet 1921, des centaines de milliers de personnes eurent l’opportunité de suivre pour la première fois dans l’histoire, un match en direct. En effet environ 85 télégraphistes et cableurs étaient présents afin de transmettre les résultats de chaque round au monde entier. Plus de 300 journalistes et reporters furent envoyés par la presse internationale au stade Thirty Acres afin de couvrir l’évènement et une vingtaine de cameraman, sans compter tous les photographes, étaient là pour immortaliser la première rencontre entre un boxeur français et un boxeur américain.

Sans nuls doutes, « le combat du siècle » sonna le début de la médiatisation de la boxe, et de la grande popularité de ce sport.

 

Deux boxeurs – deux légendes

George Carpentier, considéré comme le pionnier de la boxe en France, sera le premier français champion du monde de boxe anglaise. Soldat exemplaire, récompensé de la Croix de Guerre et de la Médaille Militaire pendant la première guerre mondiale, Georges Carpentier est très apprécié des français et propulsé au rang de figure nationale. Surnommé « l’homme à l’orchidée » outre Atlantique, en référence à son physique gracile, Georges Carpentier se détache, des autres boxeurs, par une silhouette plutôt élégante.

Décédé à l’âge de 81 ans, le 28 Octobre 1975 ( le même jour que Marcel Cerdan, autre figure emblématique de la boxe, qui décéda dans un accident d’avion le 28 octobre 1949 ) Carpentier resta une icône du sport français. Lors du « combat du siècle » il fût supporté par toute une nation, qui lui fit un accueil triomphant lors de son retour à Paris.

Héros sportif issu d’une classe sociale modeste, fils de mineur du  Nord-Pas-de-Calais, il restera celui qui a ouvert les portes de la boxe aux futurs sportifs français. Plusieurs complexes sportifs, stades, gymnases portent aujourd’hui son nom. Inspirant le respect et l’admiration, ce génie du ring déposera les gants après 88 victoires sur 109 combats. Il deviendra ambassadeur du sport français à l’étranger, et sera également fait officier de la Légion d’honneur le 30 mars 1972, officier de l’Ordre national du mérite et commandeur du mérite sportif.

 

Jack Dempsey, est vu comme l’une des premières grandes icônes de la boxe anglaise moderne, ayant pour surnoms « Kid Blackie » et « The Manassa Mauler », il est l’un des boxeurs les plus populaires depuis le début du XXème siècle jusqu’à aujourd’hui. En 1950 l’agence américaine the Associated Press le nomma le plus grand combattant des dernières 50 années.

Tout comme Georges Carpentier, Jack Dempsey est issu d’une famille très modeste du Colorado, aux Etats-Unis. Sans argent, il est occasionnellement garde du corps, videur, ou se rend dans les bars proposant des combats, dont il espère récupérer l’argent des paris. Repéré par l’entraineur Jack Kearn, il passe boxeur professionnel.

À la suite de son succès il incarnera pour de nombreux supporters, le rêve américain. Originaire d’une famille de paysans mormons, il deviendra le sportif le mieux payé de son époque. Il sera également l’inventeur du Dempsey ‘s Roll, un mouvement copié encore aujourd’hui par de nombreux grands noms de la boxe (pour les plus curieux, explication complète ici sur le blog Fan de Boxe) .

Très charismatique, il possède une force assez surprenante qui impressionne ses adversaires, mais aussi le public qui le soutient avec passion, faisant de lui une vraie légende. Nommé boxeur de l’année par le Ring Magazine en 1923, il devient également, avec d’autres grands noms de la boxe, membre de l’International Boxing Hall of Fame lors de sa création en 1990.

Jack Dempsey prendra sa retraite avec un palmarès de 66 victoires dont 51 par KO, sur un total de 83 combats disputés.

 

combat du siècle
Georges Carpentier (à gauche) et Jack Dempsey (à droite)

 

 

Sans titre-2-Récupéré

Boxe – Des poings et des hommes

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

boxe

Des poings et des Hommes, est un documentaire retraçant l’histoire de la boxe, par les grands boxeurs qui ont fait la popularité de ce sport.

 

 

À propos …

La boxe, un sport aux origines antiques

La boxe a ses origines dans le pugilat et le pancrace, deux disciplines que l’on peut qualifier de « boxe antique », et que l’on retrouve dans différentes civilisations : sumérienne, égyptienne et grecque.

La pugilat deviendra un sport à part entière lors de son intégration aux Jeux Olympiques pendant la période de la Grèce antique.

De même que les Jeux Olympiques, le pugilat, sera interdit en 394 par l’empereur romain Théodore Ier, mais il réapparaitra en Angleterre au XVII siècle.

Au XIX on assiste à l’arrivée des « matchmakers » qui organisent alors des combats clandestins, faisant de ce sport une pratique plutôt anarchique et violente. C’est en 1865-1867 que la boxe dite « moderne » apparait, en devenant alors codifiée par des règles de jeu. Ces règles, au nombre de 16, sont appelées « Les règles du Marquis de Queensberry ». Vous pouvez les retrouver ici 🙂 ! En réalité, l’auteur de ces règles est John Graham Chambers un sportif et journaliste écossais. C’est lui même qui sera à l’origine du port obligatoire de gants, du round de 3 minutes et du décompte de 10 secondes. Quant au marquis de Queensberry, il est l’homme qui aida John Graham Chambers à faire reconnaitre internationalement les nouvelles règles du combat de boxe.

« Le combat de boxe est une rencontre selon laquelle les participants s’échangent des coups avec correction, de manière à rester debout. »

Marquis de Queensberry

Grâce à l’édition de ses règles, le combat de boxe se pratique alors de manière plus technique et est disputé par des professionnels. La boxe fera sont apparition pour la première fois aux Jeux Olympiques de 1904 à Saint Louis, aux Etats Unis. (La boxe féminine sera reconnue aux Jeux Olympique de 2012 à Londres )

« Le match du siècle » en référence au championnat du monde de poids lourds, disputé entre le français George Carpentier et l’américain Jack Dempsey à Jersey City le 02 Juillet 1921, restera dans l’histoire de ce sport « le plus grand combat sur le ring des temps modernes ». Préparé deux ans à l’avance par Tex Richard, l’un des plus grands promoteurs de combats de boxe du monde, il fût construit spécialement pour l’occasion une arène pouvant contenir jusqu’à 80 000 personnes.  Des spectateurs affluèrent du monde entier afin de pouvoir assister au premier match entre un boxeur français et un boxeur américain. Une vingtaine de caméraman étaient présents afin de filmer le match, 85 télégraphistes et cableurs étaient chargés de retransmettre en direct au monde entier les résultats des rounds et 300 reporters furent envoyés par toute la presse internationale afin de couvrir l’évènement. Le match de Jersey City fût l’une des plus grandes manifestations sportives de ce début de siècle.

Boxeurs et legendes

Plusieurs boxeurs feront la popularité de ce sport. Supportés par des millions de personnes, ils deviendront de vrais symboles populaires. En général issus d’une classe sociale modeste, ils deviennent les représentants du rêve américain et sont suivis par toute une foule qui aime s’identifier à eux.

Comme cité dans ce documentaire, Jack de la Motta, Georges Carpentier, Rocky Marciano, Max Schmeling, Gene Tunney, Mohamed Ali, George Foreman, Mike Tyson … participeront à faire de la boxe un sport de légende, grâce à leur destins à la fois exceptionnels et pour certains tragiques.

 

 

 

Sans titre-2-Récupéré

 

Namibia — Cuba’s female boxing revolution

Sujets principaux de ce documentaire

Sujets secondaires abordés dans ce documentaire

boxe

Dans ce tout petit court métrage de 2mn12 Maceo Frost, dresse le portrait de la boxeuse Namibia Florez Rodigues, pratiquant la boxe et vivant à Cuba.

À propos …

La boxe à Cuba, un sport réservé aux hommes

Namibia Florez Rodrigues est une boxeuse cubaine, une des très rare dans son pays, et la plus connue. En effet, à Cuba les femmes ont difficilement accès à ce sport, le gouvernement y mettant des restrictions. Autorisées à pratiquer librement le Judo, weight-lifting, Tae Kwon Do, karate and wrestling … elles se voient interdit le droit de se présenter à des compétitions de boxe professionnelles, considérant que ce sport serait « nocif et inapproprié » pour elles .

Après 8 années de combat contre cette interdiction et les préjugés, Namibia Florez Rodrigues a eu gain de cause. Elle à été autorisée à représenter son pays lors des jeux olympique de Rio 2016.

A 39 ans cette cubaine aurait pu faire carrière aux Etats Unis et vivre la vie de championne que tous lui prédit, mais elle a choisit de rester sur son île natale afin de défendre le droit des femmes, son droit, et d’imposer sa légitimité en tant que boxeuse. Jeune fille elle commence à pratiquer le Tae Kwon Do sachant « dès son plus jeune âge qu’elle est une combattante « . A 15 ans elle enfile ses premiers gants de boxe et monte sur le ring. A partir de ce moment elle devra chercher à s’imposer et comme elle l’explique dans différents entretiens,  » esquiver les remarques dont elle fut la cible durant toute sa carrière : la boxe est un sport d’hommes, tous ces sacrifices n’en valent pas la peine, les femmes ne sont assez fortes pour pratiquer la boxe et depuis quelques années : tu es trop âgée pour ça  »

Seulement la très disciplinée Namibia Florez Rodrigues, qui s’entraine tous les jours et court environ 7 kilomètres quotidiennement, persévère, et Maceo Frost, par une mise en scène et une bande son relevé et rythmé a bien su capter et illustrer la force de cette boxeuse opiniâtre et sans filtres.

 

A la suite de cette vidéo vous pouvez lire un article très complet sur la boxe à Cuba ici   .

 

Sans titre-2-Récupéré

 

Credit image ©Maceo Frost